accueil > projets > 46

DIGI SENS SA: une nouvelle génération de capteurs de force

Publié le 15/05/2017

La société Digi Sens SA commercialise des systèmes de mesure. Elle décide d'étudier et de développer une nouvelle génération de capteurs de force adaptés aux concepts émergents.

La société

Basée à Fribourg, la société DIGI SENS SA a été fondée en 1993. Elle élabore, produit et commercialise des systèmes de mesure qui sont basés sur la technologie des cordes vibrantes. L‘entreprise compte 35 collaborateurs et collaboratrices et a des clients et partenaires dans le monde entier. DIGI SENS accorde une importance particulière à l’innovation afin d’offrir à ses clients des solutions à forte valeur ajoutée, fiables et peu onéreuses.

Le projet

Les capteurs DIGI SENS mesurent la force (poids) à l'aide d'un fil oscillant. Comme dans une guitare, le fil oscille et la fréquence d'oscillation change en fonction de la tension. La tension quant à elle change proportionnellement à la force appliquée. Une mesure du changement de fréquence informe sur la force exercée.

DIGI SENS a imaginé une nouvelle génération de capteurs à partir d’une approche innovante pour les mécanismes d'excitation et de réponse du fil oscillant. Les avantages attendus sont la réduction de la consommation d'énergie, la réduction de la taille du capteur, la diminution des coûts de production et la possibilité d’offrir une gamme d'applications plus large, comme, par exemple, pour les concepts émergents "IoT" ou "Industry 4.0".

Bien que la société possède un savoir-faire important dans le domaine des capteurs utilisant la technologie des cordes vibrantes, pour mener à bien ce projet il lui manque certaines technologies et capacités de R&D. Membre de l’Association Alliance, elle se tourne tout naturellement vers Alliance pour qu’un conseiller la guide dans cette démarche. Dans un premier temps, une courte étude de faisabilité préliminaire a dû être réalisée dans le Laboratoire de céramique du Prof. Muralt à l’EPFL. Une demande de financement est adressée à la CTI sous forme de Chèque innovation. Celle-ci est acceptée par la CTI et l’étude de faisabilité a délivré des résultats très prometteurs.

Il est alors décidé de poursuivre sur cette voie en s’engageant dans le montage d’un projet CTI classique. Des compétences spécifiques pour la préparation d’échantillons métalliques sont nécessaires au consortium. Le groupe du Prof. Fouad Rahali de la HEIG-VD intègre le projet pour cette partie. Une demande est rédigée et adressée à la CTI pour le financement du projet. Après une itération, le projet est accepté fin 2016.

Contact: alliance@alliance-tt.ch